Inondations particuliers

Tout va bien. Il fait beau, les enfants jouent dans le jardin. La rivière dort dans son lit, l’inondation est inconcevable. C’est le moment de s’y intéresser, les idées claires et déterminées, en famille pourquoi pas ? La protection du patrimoine familial et de l’environnement est une responsabilité collective. L’inondation est un risque majeur. En France, 15000 communes sont concernées soit presque une commune sur deux.

La typologie officielle mentionne:

• les inondations de plaine et les remontées de nappes d’eaux souterraines*. Ces deux formes de submersion ont une évolution relativement lente et peuvent rester en place pendant plusieurs semaines.
• les crues des cours d’eau torrentiels qui génèrent au contraire des submersions brutales et de courte durée.
• les crues instantanées des quartiers urbanisés qui résultent des orages et de l’imperméabilisation* des espaces naturels pour des usages commerciaux, logistiques et résidentiels. L’urbanisation inconsidérée du lit majeur des cours d’eau aggrave l’intensité des écoulements, la dangerosité des inondations et crée de nouveaux territoires inondables. Il y a bien des cas où des catastrophes dites naturelles mériteraient la qualification de catastrophes artificielles.

Les inondations bouleversent les liens sociaux et dégradent profondément les biens, l’environnement, la santé publique et les activités économiques.

Par manque d’anticipation et de prévention, des volumes considérables de déchets sont produits. Ces déchets renforcent le traumatisme collectif. Ils induisent des risques sanitaires et environnementaux.
La période de retour à la normale sera d’autant plus longue et pénible que les victimes ne se seront pas préparées à l’attaque de l’inondation.
Seules la prévention et l’anticipation peuvent aider les populations à déjouer en partie le piège des inondations et à réduire les dom- mages et la douloureuse accumulation des déchets.